L’allaitement peut sauver les bébés, les mamans et l’économie

By on 29 janvier 2016

L’allaitement maternel prolongé pourrait sauver la vie de 823 000 bébés chaque année dans le monde, réduire de 20 000 le nombre de décès dus au cancer du sein chez les mamans et faire économiser des milliards de dollars aux systèmes de santé à l’échelle planétaire, selon une étude internationale publiée dans la revue médicale The Lancet du vendredi .

Allaiter est un geste naturel et une vraie richesse pour l’enfant et sa mère. Si elles le souhaitent, toutes les femmes peuvent donner leur lait à leur bébé, quelles que soient la taille et la forme de leurs seins. Mais allaiter est aussi une question de santé publique. Une étude internationale financée conjointement par la Fondation Bill et Melinda Gates et la fondation de charité en médecine Wellcome Trust montre que l’allaitement prolongé sauverait la vie de plus de 800.000 bébés chaque année dans le monde et ferait économiser des milliards de dollars aux systèmes de santé.

L’allaitement pourrait sauver 823 000 enfants

Le lait maternel est l’aliment idéal pour la croissance et le développement des nourrissons. L’allaitement maternel est donc le moyen idéal d’apporter au bébé tous les nutriments dont il a besoin pour grandir et se développer en bonne santé. Pratiquement toutes les mères peuvent allaiter, si elles ont des informations précises et le soutien de leur famille comme du système de soins. Le colostrum, sécrétion lactée jaunâtre et épaisse produite à la fin de la grossesse, constitue l’aliment parfait pour le nouveau-né qui doit commencer à s’alimenter dès la première heure qui suit la naissance.

Allaitement

L’allaitement maternel exclusif est bénéfique pour le bébé et sa maman.

Une méta-analyse, agrégeant les données recueillies dans 164 pays et portant sur plus de 1 300 études internationales, a conclu que la généralisation de l’allaitement maternel permettrait d’éviter le décès de 823 000 enfants de moins de cinq ans tout en réduisant de 20 000 le nombre annuel de décès par cancer du sein.

Elle conforte les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui préconise l’allaitement au sein exclusif, ce qui signifie que l’on ne donne à l’enfant que du lait maternel et aucune autre boisson ou aliment, pas même de l’eau. En revanche, on peut lui administrer des gouttes ou des sirops (vitamines, minéraux ou médicaments). L’allaitement du nourrisson au sein doit être exclusif jusqu’à l’âge de six mois pour que l’enfant ait une croissance, un développement et une santé optimale.

Préserver la santé de la mère

L’allaitement fait partie intégrante de la procréation et a des répercussions importantes pour la santé du bébé et de la mère. L’allaitement accélère les contractions de l’utérus, lui permettant de reprendre sa place plus rapidement après l’accouchement.

Les auteurs de l’étude internationale publiée vendredi dans The Lancet estiment que l’allaitement pourrait en effet prévenir chaque année la mort de plus de 20 000 mères consécutif à un cancer du sein, le plus fréquent des cancers féminins. Il atteint environ une femme sur onze et est responsable de 18 % des décès par cancer chez la femme. Le nombre de cas diagnostiqués augmente d’environ 2 % par an mais le nombre de décès par cancer du sein n’augmente que de 1 %.

L’allaitement au sein protège également les mères contre le risque de cancer de l’ovaire.

Des milliards de dollars d’économie

L’allaitement pourrait aussi permettre de faire des économies. Porter à 90 % le taux d’allaitement maternel exclusif aux États-Unis permettrait au système de santé américain de faire des économies d’au moins 2,4 milliards de dollars par an du fait de la réduction des maladies infantiles.

Commentaires :

commentaires

La Rédaction

About La Rédaction

Buzzsante.com est un site de santé grand public L'équipe de Buzz Santé se compose de journalistes et professionnels de santé disposés à vous informer de tous les sujets de santé.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply