Share Button

H1N1-AujAudiotionnée devant la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale sur la pandémie de grippe A (H1N1), la ministre de la Santé a reconnu que “l’épidémie a débuté en France métropolitaine” mais que son impact ne justifierait pas de passer au niveau 6 d’alerte pandémique.

L’épidémie de grippe A (H1N1) a débuté en France métropolitaine, a reconnu la ministre de la santé Roselyne Bachelot lors de son intervention hier à l’Assemblée nationale. Toutefois, la France n’est pas prête à passer du niveau 5A au niveau d’alerte pandémique.

Le réseau Sentinelles a constaté un doublement du nombre de cas de syndromes grippaux en France métropolitaine, avec 164 cas de syndromes grippaux pour 100.000 habitants alors que le seuil épidémique est de 84 cas pour 100.000 habitants. Une semaine plus tôt, on était encore à 73 cas de syndromes grippaux pour 100.000 habitants.

La propagation de la grippe A (H1N1) favorise les ventes des médicaments sensés guérir de la maladie. Une situation qu’on peut observer avec l’explosion du nombre de sites Internet qui assurent la vente en ligne de Tamiflu. Les prix peuvent être multipliés par trois ou par quatre et les risques de contrefaçons sont réels. La plus grande vigilance est donc requise, l’achat du traitement contre la grippe A (H1N1) doit impérativement être prescrit par un médecin en France et obtenu en pharmacie ou bien encore, au sein d’un centre hospitalier.

Les ventes de Tamiflu sur internet se sont multipliées depuis le début de l’épidémie de grippe dans le monde entier. En effet, de nombreux sites assurent une vente en ligne de ces médicaments qui pourtant, sont uniquement vendus “sur ordonnance en métropole”.

Les prix flambent dans le cadre de ce business fleurissant. A titre d’exemple, certains sites n’hésitent à vendre “une boîte de Tamiflu pour cent euros” alors même que le tarif officiel dans les pharmacies françaises est d’environ 25 euros pour une boîte.

Parallèlement, un panel de produits affiliés à la grippe A (H1N1) sont également mis en ligne depuis plusieurs semaines pour répondre à la demande croissante des internautes. Entre les produits hydro- alcooliques – spécifiques pour se laver les mains – ou bien encore, des vitamines pour reprendre la forme (…), nombreuses sont les propositions qui fleurissent sur le Net pour “soulager” les patients atteints par le virus H1N1 ou bien “protéger” ceux qui redoutent la maldaie…

Les risques de ces achats en ligne sont multiples comme le souligne un pharmacien qui exerce au Chaudron, dans la commune de Saint Denis : “acheter des médicaments sur Internet, c’est un acte totalement irresponsable. Il y a un véritable danger pour la santé car on ne peut pas savoir s’il ne s’agit pas médicaments contrefaits”.

Une chose est sûre, les prix d’une boîte de Tamiflu flambent sur le net. Le business des médicaments est particulièrement fleurissant face à la progression de la grippe A dans l’hémisphère Sud, comme dans l’Hémisphère Nord.

Il s’agit pour les habitants et internautes de rester prudent, les médicaments affiliés à la grippe A (le Tamiflu) doivent être prescrits par des professionnels de la santé, une fois la présence du virus H1N1 confirmé suite à des analyses (prélèvements naso-pharyngé puis analyses sanguines).

La santé n’a pas de prix et les mesures de précaution et de méfiance s’imposent face à l’explosion de la vente de Tamiflu sur Internet.

Signalons aussi que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot tiendra une conférence de presse sur le lancement, par l’Assurance Maladie, de la grande campagne de vaccination effectuée annuellement contre la grippe saisonnière et qui commencera le lundi 21 septembre.

Commentaires :

commentaires

 

0 Commentaires

Soyez le premier visiteur à commenter cet article.

Postez un commentaire

 

Veuillez vous connecter to post a comment.